ACCUEIL

BCP-EMPLOI

PEJEDEC

C2D

PRISE

RESENTATION

Présentation du BUREAU DE COORDINATION DES PROGRAMMES-EMPLOI

Mot du Ministre

Mot du Coordonnateur

 
 
OFFRES

CONSULTER TOUTES LES OFFRES

VOIR LES RESULTATS DES OFFRES

APPRENTISSAGE

STAGES DIRECTS EN ENTREPRISE

FORMATIONS PROFESSIONNELLES SUIVIE DE STAGE

AIDE A L'AUTO-EMPLOI

OPPORTUNITES D'EMPLOI TEMPORAIRE(THIMO)

 
 
PARTENAIRES

Nos Partenaires

Pourquoi devenir partenaire

Comment devenir partenaire

Devenir partenaire

 
 
ACTUALITES

Presse ecrite

Vidéos

Photos

 
 
RAPPORTS
MARCHES
 
 
 
 
PRESSE ECRITE
 
 
 
 
DES FORMATIONS D’INSERTION PROFESSIONNELLE PERMETTENT AUX JEUNES IVOIRIENS D’ACCEDER A DES EMPLOIS.
 
En Côte d’Ivoire étaient surpris d’apprendre l’existence d’un projet de formation professionnelle, avec stages et activités rémunératrices à la clé.

Le PEJEDEC a été lancé en 2010, alors que la Côte d’Ivoire sortait d’une décennie de conflit, porté à son paroxysme par l’une des pires crises postélectorales jamais observées en Afrique. La montée des tensions trouve son point d’origine à la fin des années 1990, alors que le pays connaissait un ralentissement de son activité économique, exacerbé par des frictions sociales et politiques. L’insurrection armée a entraîné la partition du pays entre le nord, tenu par les rebelles, et la partie méridionale sous contrôle gouvernemental. Au plus fort de la crise, les Nations Unies ont décidé de dépêcher une mission de paix.

Ces troubles longs d’une décennie ont considérablement nui aux institutions et au fonctionnement du pays, stoppant net les progrès du système éducatif, entraînant un chômage de masse et contraignant les Ivoiriens à des privations.
De nombreux jeunes qui avaient pris part au conflit sont par la suite venus grossir les rangs des chômeurs alors que le pays était loin de pouvoir faire face au défi de la création d’emplois.
En septembre 2011, à la demande du gouvernement de la Côte d’Ivoire, le Conseil des administrateurs du Groupe de la Banque mondiale est passé à l’action en donnant son accord pour un don d’urgence de 50 millions de dollars émanant de l’Association internationale de développement au profit du PEJEDEC.

Depuis son lancement, le PEJEDEC a financé des initiatives porteuses d’emplois au bénéfice de près de 27 500 jeunes vulnérables. Il appuie la formation professionnelle destinée à améliorer l’employabilité des jeunes et leur offre la possibilité de découvrir le monde du travail, dans le but d’augmenter leurs chances de trouver des débouchés rémunérateurs. Les postes vacants sont recensés sur le site web du projet et les candidatures examinées puis retenues selon un processus transparent.

Christophe Sere Konan, comme de nombreux autres jeunes hommes et femmes, fait partie de la première génération des bénéficiaires du PEJEDEC sélectionnés en août 2012 dans le cadre d’un programme de formation professionnelle au Centre des métiers d’électricité (CME), le centre de formation attitré de la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE).
Après plusieurs mois de formation, les stagiaires ont passé des tests de niveau et des entretiens, et la plupart se sont vu offrir des stages rémunérés au sein de l’opérateur national.

Un sentiment d’autonomie

Depuis juillet 2015, près de 60 jeunes effectuent un stage à la CIE et l’entreprise prévoit aujourd’hui d’accueillir d’autres candidats. Chaque stagiaire est défrayé à hauteur de 65 000 francs CFA qui couvrent les frais de transport.

Comme Christophe Sere Konan, la majorité des stagiaires et des apprentis inscrits au programme refusaient de croire que le PEJEDEC tiendrait ses promesses. Prisca N’Da N’Dri Yekou est titulaire d’une licence en génie électronique. Après des années de chômage et de désespoir, elle s’était résignée, persuadée qu’aucune entreprise n’était intéressée par son profil et son cursus.

« Nous sommes trois sœurs dans ma famille et je suis la seule à travailler. Mon père répète à qui veut l’entendre (est très fier) sa fierté d’avoir une fille qui travaille pour la compagnie d’électricité », confie Prisca N’Da N’Dri Yekou, l’une des rares jeunes femmes employées à la CIE. « Aujourd’hui, je peux venir en aide à ma famille et à mes sœurs. »
En janvier 2015, comme Christophe Sere Konan, elle a été embauchée à titre permanent et bénéficie depuis de l’intégralité des avantages offerts par l’entreprise voir la suite sur….http://www.banquemondiale.org/fr/country/cotedivoire
 
 
 
 
 
 
 
 
Réseaux sociaux
Facebook
Instagram
Twitter
 
 
 
© Copyright 2012 - 2019 Bureau de Coordination des Programmes Emploi - Tous droits réservés